Koritni, HYDROGYN, Trente, le 20 mars 2007

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Koritni, HYDROGYN, Trente, le 20 mars 2007

Message  The Grave Digger le Mer 21 Mar - 16:01

Le nouveau casino, Paris 20 ème ard. Un club refait à neuf il y a quelques temps de cela, un agencement en mode « concert » pas au top, surtout quand le concert affiche complet. En effet, il est difficile de se créer un passage pour aller au bar, tellement la salle est étroite. En parlant bar, parlant consommation : super cher : 4 € la bière !!
Bref, passons. Ce qui nous importe le plus, c’est le concert de ce soir qui affiche complet (environ 200 personnes). Les rockers de Trente prennent la scène les premiers pour y produire un rock’n’roll endiablé. Un set de 30 minutes, de quoi chauffer un public Parisien avant le show des Américains d’Hydrogyn et des Australiens de Koritni. Les frenchies s’en sortent haut la main, le quatuor remplit sa mission en toute décontraction, bénéficiant d’un son excellent et d’un acceuil du public plus que chaleureux. Rock’n’roll Rules …
Hydrogyn ! J’avoue être venu pour eux ce soir et à priori je ne suis pas le seul au vu des réflexions machistes de la part de certaines personnes concernant la plastique de Julie, la vocaliste. Le hard/rock’n’roll typée US d’Hydrogyn, comme sur leur deuxième album « Bombshell », fait de suite l’effet d’une bombe dans le public. Le groupe pendant 45 minutes s’amusera à nous envoyer des uppercuts musicaux pour le plus grand plaisir du public venu recevoir ce qu’ils étaient venus chercher : un excellent concert de la part d’un groupe qui vous en met plein les mirettes et les oreilles. « Bombshell » fut joué quasiment dans son intégralité. Leur titre phare tel que « Vesper Song », « Blind », « Look Away S.P. », « Breaking Me Down », « Confessions », « The Wishpers » enchantèrent un public aux anges qui ne demande qu’une chose : Encore ! Pour leur premier concert Parisien, Hydrogyn a su mener sa barque à la perfection en se mettant dans la poche le public dès les premières notes. Une excellente prestation en attendant un retour sur le vieux continent en compagnie d’un nouvel opus.
Je rajouterais avant de clore le chapitre Hydrogyn, que la veille je me suis rendu à leur concert acoustique donné au bar metal : Le Blackdog (métro Châtelet pour les Parisiens) Une impression de puissance s’est dégagée lors de ce concert, en électrique le phénomène n’est qu’amplifié pour une grosse, grosse claque. Du tout bon !
Après un changement de plateau, les ex Green Dollar Colour mené par David Croquet alias Lex Koritni débutèrent leur set qui allait durer 2 heures et ce, avec un seul et unique album sous le nom Koritni. Le groupe doit donc « tricher », en reprenant six titres de Green Dollar Colour (Mess With Love, …) et surtout en donnant au public après un set d’1h30 d’autres reprises comme une de Grand Funk Railroad. Koritni se transforme en Coverband des Gun’s lors des dernières 20 mins et ce, pour le plus grand plaisir de tout le monde tellement la bande à Axel Rose ne ressemble plus qu’à un vaisseau fantôme sur scène.
Pour tenir 1h30, la totalité de leur premier album, « Lady Luck » est joué quasi entièrement et dégage une énergie rock’n’roll, jubilatoire notamment sur les passages les plus rapides de « Heaven Again », « Under The Overpass », « Red Light Joint » ou encore « Sick Again ». Lex, le leader se donne des airs de frontman expérimenté alors qu’il n’a à peine que 23 ans ! Rien que sa prestation ce soir force le respect, aucun accroc vocal malgré une grande dépense d’énergie : que d’aller retour ! De plus son style vestimentaire extrême mais à l’image du groupe et ses gestes amples, très théâtraux renforcent le coté émotionnel de leur musique. Musicalement,Koritni,c’est solide, un rock haute tension mené par un frontman hors pair. A noter la très bonne prestation du guitariste français Eddy Santacreu. Les 4 titres des Guns sont tous issus de Appetit For Destruction, la passion, l’amour pour ce groupe se fait ressentir dans le jeu de scène de Lex sur ces titres mais aussi sur tout le concert. Attention, Koritni ne plagie pas les Gun’s dans le jeu scénique.
Pour conclure ce report live, j’espère revoir les 3 groupes qui se sont produits ce soir. Le niveau technique était assez hallucinant, particulièrement pour Koritni que je reverrais prochainement en compagnie de toute l’équipe lors de la dixième édition du Raismes Fest, les 8 et 9 septembre.

_________________


The Grave Digger
Gardien de guilde

Nombre de messages : 1761
Age : 32
Localisation : Ivry Sur Seine (94)
Date d'inscription : 12/05/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://la-guilde-du-metal.c.la

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum